Yojimbo – Le Garde du corps

YŌJINBŌ – Le Garde du corps (1961)
用心棒 (Yōjinbō, Garde du corps)
Réalisation : Akira Kurosawa
Acteurs : Toshiro Mifune, Tatsuya Nakadai

Sans le savoir, j’ai choisi ce film, écris la critique et créé cette image de présentation le jour même de la sortie du film, un 25 avril, près de soixante ans plus tard.

Intérêt : Le film par excellence du rônin (samouraï sans maître) cherchant à louer ses services aux plus offrants… mais jusqu’où ?
Yōjinbō offre le rôle phare à Toshiro Mifune. Quand on évoque ce film ou cet acteur, c’est cette image du rônin nonchalant mais justicier dans l’âme qui s’impose à nous !

Si vous cherchez un film de samouraï avec une bonne intrigue, c’est le film à découvrir. Certes, c’est plus d’un rônin initialement qu’il s’agit et durant la période Edo (période de paix, les samouraï perdant de leur légitimité sans compter le développement des armes à feu) comme les deux autres films japonais déjà présentés. Donc un guerrier qui doit utiliser non pas seulement sa lame mais aussi son intelligence pour subsister, savoir se vendre tout en déjouant les complots.

Akira Kurosawa… le nom du réalisateur ne vous ai pas inconnu. Normal, le premier film japonais de samouraï que nous avons présenté est son œuvre mondialement connu « Les Sept Samouraïs » (1945) qui a inspiré les plus grand réalisateurs (e.g. Georges Lucas) et servi de remake (« Les Sept Mercenaires » à la western). “Yōjinbō” sera lui aussi repris dans un western : “Pour une poignée de dollars” de Sergio Leone (avec Clint Eastwood).

Toshiro Mifune ! Et oui, encore un nom connu puisqu’il est l’un des 7 samouraïs du film éponyme mentionné à l’instant (le 7ème samouraï, qui ne l’est que parce qu’il le prétend ^^). Nous le retrouvons donc dans  “Yōjinbō”, cette fois comme le personnage principal et dans un jeu d’acteur tout autant marquant mais plus sérieux et digne.

[A partir de 12ans]

[ Fond d’écran | 1920×1080 ]